Un homme manipulant un smartphone

 

Cinq mois après une levée de fonds en série A, la fintech italienne Scalapay bénéficie d’un nouveau tour de table de 497 millions de dollars, pourvus notamment par le géant chinois Tencent. Avec cet investissement, la startup compte tripler ses effectifs d’ici fin 2022 et lancer une solution de paiement en ligne.

A présent valorisée à un milliard

Scalapay ne manque pas de fonds pour son développement. Cinq mois après sa levée en série A de 155 millions de dollars, la fintech italienne réalise un nouveau tour de table en série B de 497 millions de dollars. Ce joli coup financier a été mené par ses nouveaux investisseurs, dont Tencent et Willoughby Capital, avec l’appui des partenaires historiques (Deimos, Fasanara Capital, Gangwal, Moore Capital et Tiger Global). Assorti de près de 300 millions de dollars de prêts, il porte à un milliard de dollars la valorisation de la startup spécialisée dans le paiement fractionné. Aussi appelé « Buy now, pay later » (BNPL), ce service en ligne permet au consommateur de régler en plusieurs fois un achat important.

Decathlon et Nike parmi ses clients

Créée en 2019 par Simone Mancini et Johnny Mitrevski, Scalapay opère principalement en Italie, en Espagne et au Portugal. Elle est aussi présente en Allemagne et en France depuis fin 2020 sous la conduite de Pingki Houang, un ex manager de Showroom Privé et de la Fnac. La jeune pousse italienne propose un paiement en trois et quatre fois sur moins de 90 jours et sans frais pour les consommateurs. Elle donne également la possibilité de payer intégralement de façon différée dans 14 jours. On compte parmi ses partenaires, des groupes comme Decathlon, Nike, Pandora, Moschino et Cache-cache.

Magic checkout pour améliorer l’expérience

Grâce à son nouveau tour de table, Scalapay compte poursuivre sa croissance en multipliant son volume de paiements par trois. Elle souhaite aussi entrer sur d’autres marchés et tripler son effectif. Celui-ci doit passer de 170 salariés à près de 500. Par ailleurs, elle va lancer une solution de paiement en ligne, « Magic checkout », qui permettra d’améliorer l’expérience client. Par exemple, le consommateur n’aura plus qu’à rentrer une seule fois ses informations personnelles pour les retrouver sur n’importe quel autre site marchand utilisant le même service. Pour garantir la sécurité des données et des transactions, Scalapay a mis en place un système de double authentification.

…et tenir la concurrence

« Avec Magic, nous avons supprimé tous les points de friction traditionnels du paiement et solutionné les principales raisons de l’abandon du panier », soutient Johnny Mitrevski, co-fondateur et CTO de Scalapay, qui s’attend à une augmentation significative de la conversion. Il espère parallèlement continuer à recruter des talents de premier plan pour son entreprise. Notons qu’en France, Scalapay est en concurrence avec le tricolore Alma, l’australienne Afterpay et le géant suédois Klarna. Ce dernier est la fintech la mieux valorisée d’Europe et la deuxième au monde après l’Américain Stripe, avec 46 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.