Un coursier de Glovo en Afrique

 

Après des lancements réussis au Maroc, au Kenya et en Côte d’Ivoire, Glovo, la start-up espagnole spécialisée dans la livraison,  prévoit s’installer au Ghana et au Nigeria d’ici la fin de l’année. Ces nouvelles implantations répondent à la stratégie agressive de développement du groupe, qui prévoit lancer une nouvelle ville tous les quatre jours en moyenne.

Un déploiement après une importante levée de fonds

Conformément à sa politique de développement très offensive, Glovo veut s’installer au Ghana et au Nigeria d’ici la fin de l’année, après s’être attaqué au Maroc, au Kenya et à la Côte d’Ivoire. La start-up espagnole de livraison fait cette annonce après une nouvelle levée de fonds de 150 millions d’euros, le 6 mai dernier, auprès des fonds d’investissement Lakestar et Drake, Idinvest Partners et Korelya Capital. Soit le tour de table le plus important jamais réalisé par l’entreprise depuis sa création en 2015. « Avec cette opération, l’idée c’est d’investir dans l’expansion de Glovo en Afrique », a souligné Tania Quintero, directrice générale de Glovo en Côte d’Ivoire, où la start-up espagnole a lancé ses activités le mois dernier. Elle est également présente à Nairobi depuis janvier 2019 et au Maroc (Casablanca, Rabat et Marrakech) depuis fin 2018.

La start-up espagnole veut quadriller l’Afrique de l’ouest et de l’est

Au Maroc, Glovo est partenaire de Burger King et de Tacos de Lyon. Au Kenya, de Simbisa qui regroupe plusieurs enseignes (Pizza Inn, Chicken Inn, Galito’s, Creamy Inn et Stop & Shop & Bakers Inn). En Côte d’Ivoire la jeune pousse créée en 2015 collabore avec plusieurs enseignes à Abidjan, la capitale. « En Côte d’Ivoire les courses de supermarché rencontrent le plus de succès », fait savoir Tania Quintero, qui révèle que l’entreprise propose des offres spéciales pour le Ramadan et un coût de livraison de 500 F CFA, sans minimum d’achat.

En l’absence de concurrence réelle, Glovo veut complètement quadriller le continent africain, en commençant par certaines zones plus propices à ses activités. « Nous nous intéressons aussi bien à l’Afrique de l’Ouest qu’à l’Afrique de l’Est, beaucoup de pays sont dans le pipeline », a indiqué Tania Quintero, pour qui l’objectif est clair : « nous voulons que la ville soit jaune », de la couleur des coursiers à moto de Glovo.

Le réseau de Glovo dans le monde

A l’instar d’Uber, Glovo est une application de mise en relation entre clients et coursiers. Ses utilisateurs peuvent commander, se faire livrer ou envoyer divers produits dont des repas, des colis, des bouquets de fleurs, etc.). Ils peuvent également recevoir des documents égarés, le tout en moins d’une heure.

L’application basée à Barcelone gère plus d’une centaine de salariés en Afrique, sur plus d’un millier dans le monde, et 5 000 coursiers. Elle compte plus d’un million d’utilisateurs et 5 600 partenaires, répartis dans plus d’une centaine de villes et plus d’une vingtaine de pays dans le monde. Pour s’étendre davantage, Glovo prévoit recruter 300 nouveaux développeurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.