La marque britannique créée par l’ancien géniteur de OnePlus, Carl Pei, devrait faire son entrée sur le marché des téléphones intelligents en été. Son promoteur ne manque pas d’ambition.

Après des mois de mystère suite au lancement l’année dernière, des ear (1), son premier produit sur le marché de la tech, Nothing a enfin dévoilé, mercredi 23 mars, l’identité de son prochain appareil. Pas tout à fait, puisqu’on ignore toujours ce à quoi il va ressembler exactement malgré le clip d’une quinzaine de secondes publié sur les réseaux sociaux pour accompagner l’annonce du PDG, Carl Pei.

On sait en revanche qu’il s’agit d’un smartphone au nom toujours aussi atypique. Baptisé Phone One, le téléphone doté de la puce Qualcomm va fonctionner sous Android, le célèbre système d’exploitation de Google. Si le concepteur est resté évasif sur le coût ainsi que les autres spécificités de l’appareil, son équipe et lui se sont on ne peut plus épanchés sur la philosophie qui devrait l’accompagner.

Émuler Apple

Carl Pei aspire en effet à suivre les pas d’Apple. Notamment dans le cadre de la création de son propre écosystème. L’essentiel des produits de la firme de Cupertino est réputé pour fonctionner les uns avec les autres sans configuration préalable. Au point d’irriter certains car cela pose bien souvent une certaine limite à l’utilisateur. Il n’y a qu’à voir à quel point utiliser un iPhone fonctionnant exclusivement sous iOS, le système d’exploitation d’Apple, peut parfois être contraignant.

Mais cette spécificité de l’entreprise californienne séduit le patron de Nothing. Il envisage ainsi d’accompagner le Phone One d’une surcouche logicielle dénommée Nothing OS. Avec pour objectif d’en faire le centre névralgique de fonctionnement de tous les produits de la marque. Mais pas seulement, puisque d’autres marques y seront également les bienvenues.

Immense défi

Il s’agit d’un défi de taille sachant tout ce que représente la marque à la pomme aujourd’hui dans l’univers de la tech. Mais Carl Pei, ancien cofondateur de OnePlus, n’est pas du genre à craindre les challenges. En témoignent ses sept années passées au sein de la firme de Shenzhen désormais bien établie sur le marché des smartphones. Son collaborateur, Akis Evangelidis, responsable marketing chez Nothing, indique d’ailleurs que l’iPod dans sa version inaugurale s’était écoulé à 400 000 exemplaires quand le ear (1) a déjà enregistré 450 000 acheteurs. Une façon de montrer le chemin parcouru par Apple de Steve Job à Tim Cook.

Rendez-vous donc dans trois ou quatre mois pour la révélation du mystère autour du Phone One.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.