Google a limogé la fondatrice et co-responsable de son unité d’éthique de l’intelligence artificielle, affirmant qu’elle avait violé le code de conduite de l’entreprise.

Dans un communiqué, Google a déclaré qu’une enquête avait révélé que Margaret Mitchell avait déplacé des fichiers en dehors de l’entreprise. Depuis le mois de décembre, l’unité d’éthique est sous surveillance et cela à la suite du départ d’un autre haut responsable, Timnit Gebru. Les deux employés avaient lancé une campagne pour plus de diversité chez Google et avaient fait part de leurs préoccupations concernant la censure au sein de l’entreprise Google. Margaret Mitchell a donc été licenciée et exclue des systèmes de Google, y compris ses e-mails et ses calendriers.

Timnit Gebru, une importante chercheuse en éthique en intelligence artificielle, a déclaré avoir été licenciée à la fin de l’année dernière après avoir envoyé un e-mail interne accusant Google de “faire taire les voix marginalisées”. Cependant, Google affirme qu’elle a quitté l’entreprise et qu’elle n’a pas été licenciée. Cette dernière a déclaré qu’elle a écrit un article de recherche qu’elle dit qu’on lui a demandé de retirer. L’article avait identifié des failles dans la technologie du langage IA, y compris un système construit par Google.

Les retombées ont amené de nombreux membres de la communauté scientifique à remettre en question l’éthique de la recherche des grandes entreprises technologiques. Des centaines de collègues ont signé une lettre en sa faveur. En réponse, le directeur général de l’entreprise, Sundar Pichai, s’est excusé pour la façon dont elle a quitté l’entreprise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.