Une personne tenant une enveloppe sur laquelle est écrit "Blockchain".

 

Suite à un test « à petite échelle » réalisé par l’université Hoa Sen, en partenariat avec la startup française BCDiploma, le Vietnam a décidé de se servir désormais de la blockchain pour délivrer des diplômes nationaux dès 2021.

Plus de 500 licences déjà délivrées pour l’année 2019-2020

Généralement, lorsqu’on parle de blockchain, on fait automatiquement allusion au moyen de paiement ou à la spéculation. Mais cette technologie se présente de plus en plus comme un moyen d’authentifier des documents en les associant à un jeton numérique décentralisé. Plusieurs pays, dont le Brésil et l’Italie, ont annoncé plus tôt dans l’année recourir bientôt à l’utilisation d’une blockchain pour pouvoir délivrer leurs diplômes.

En Asie, où les crypto-monnaies connaissent un développement spectaculaire, les initiatives se multiplient aussi. En juillet dernier, l’université vietnamienne Hoa Sen, en partenariat avec la startup française BCDiploma, a réalisé un test « à petite échelle » sur la blockchain. L’établissement scolaire a pu délivrer par ce biais 579 licences à ses diplômés pour l’année 2019-2020.

Suite au succès de l’opération, le gouvernement vietnamien a décidé d’étendre le principe à tous les diplômes nationaux dès 2021. C’est la blockchain TomoChain qui a été choisie pour pouvoir certifier et distribuer les diplômes sur le territoire national, notamment grâce à l’utilisation des Non-Fungible Tokens. Ces jetons numériques permettent d’inscrire dans la blockchain autant d’informations relatives à un document que nécessaire.

Pour une vérification transparente et immuable des qualifications des étudiants

La certification des diplômes à partir du blockchain s’explique par le fait que cette technologie repose sur le principe de stockage et de transmission d’informations sous forme de blocs de données distribués en chaîne. Ces informations sont vérifiées, encryptées et ainsi protégées contre toute falsification ou modification par les nœuds de stockage. Dans le domaine de l’éducation, un diplôme délivré avec la certification par blockchain dispose d’un lien Internet unique qui permet au titulaire de faire valoir l’authenticité de son diplôme auprès des institutions, des entreprises ou des personnes avec lesquelles il partage ce lien (employeur, recruteur, etc.).

« Le nouveau système de certification basé sur la blockchain est conçu pour permettre une vérification transparente et immuable des qualifications des étudiants. Il devrait remplacer les processus de vérification de longue durée par les agences de recrutement et les unités RH », a déclaré Nguyen Van Phuc, vice-ministre de l’éducation nationale. De son côté, Kyn Chaturvedi, directeur du développement commercial chez TomoChain, a indiqué que c’est « la première fois que le gouvernement vietnamien travaille avec une entreprise de blockchain ». Et ce ne sera certainement pas la dernière fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.