Le Jet Suit de Gravity Industries en action (Photo : Gravity Industries).

 

Au Royaume-Uni, une société de sauvetage teste l’emploi de jet pack pour venir en aide à des randonneurs en détresse dans les régions difficiles d’accès. L’appareil met 90 secondes pour se rendre sur le lieu indiqué, contre 25 minutes pour les ambulances.

Richard Browing a joué l’ambulancier

En Angleterre, du côté du parc naturel reculé de Lake District, les services d’ambulanciers testent un nouveau moyen de transport : le réacteur dorsal, plus communément appelé jet pack. Cette combinaison propulse le secouriste dans les airs tel un superhéros, lui permettant de se rendre sur les lieux d’accidents bien plus rapidement qu’en voiture, à pied ou en hélicoptère.

Pour ce premier vol d’essai dans le comté de Combrie, l’ambulancier de circonstances était Richard Browing, fondateur de Gravity Industries, l’entreprise qui a imaginé ce Jet Suit. L’ingénieur de formation et ancien de la marine britannique a secouru, en seulement 90 secondes, une jeune fille de 10 ans, qui était tombée d’une falaise et s’était brisé la jambe. Au même moment, les secouristes faisaient leur chemin à bord de leur véhicule, puis à pied. Un chemin qui leur a pris 25 minutes.

« Un moment incroyable »

Andy Mawson, directeur des opérations et ambulancier au Great North Air Ambulance Service s’enthousiasme : « Le potentiel est juste énorme », a-t-il affirmé à Reuters. « Le premier vol à Combrie avec un jet pack qui va sauver des vies et prévenir des souffrances – c’était un moment incroyable. », a-t-il ajouté. Selon lui, il est important de pouvoir apporter du soulagement aux personnes accidentées, même si le sauveteur volant ne peut emporter avec lui qu’un équipement médical limité. Il s’agit précisément d’anesthésiques en cas de fracture ou d’un défibrillateur pour les personnes souffrant d’un infarctus. Une capacité moindre que celle d’un drone ou d’un hélicoptère. Mais, « Dans certains cas, cela leur sauverait la vie », a estimé Andy Mawson.

Moins rapide que le Flyboard Air de Franky Zapata

Le Jet Suit de Richard Browing utilise du kérosène comme carburant, qui alimente cinq turbines à gaz reliées à un exosquelette qui pèse 27 kg à sec. Il peut atteindre une vitesse moyenne d’environ 51 km à l’heure et voler à un maximum de 3 658 mètres de haut. L’appareil s’avère donc moins rapide que le Flyboard Air du Français Franky Zapata, qui a construit également un jet pack avec lequel il a réussi à traverser la Manche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.