Un touriste filmant avec son smartphone

 

D’après le Guardian, les garde-frontières chinois ont installé une application de surveillance sur le téléphone des touristes qui se rendent dans le Xinjiang, une région sous haute tension. Cette manœuvre aurait pour but de récolter des informations sur l’islamisme radical ou sur le Dalai Lama.

Des douaniers ont oublié de supprimer le logiciel

Fidèle à ses pratiques d’espionnage, la Chine s’est choisi une nouvelle cible : les touristes qui se rendent dans le Xinjiang. Selon le Guardian, la police des frontières chinoises a installé, à insu des touristes, une application de surveillance sur leurs téléphones pour soutirer de précieuses informations. Ce sont des voyageurs allemands qui auraient découvert l’application dans leur portable, de retour au pays. Baptisé BXAQ ou Fengcai, ce logiciel d’espionnage est censé être supprimé après l’inspection par les gardes-frontières, mais certains auraient oublié cette précaution. C’est ainsi que les Allemands ont pu quitter la Chine avec l’intrus dans leur portable.

Islamistes et séparatistes dans la même corbeille

La procédure veut qu’à leur arrivée à la frontière entre la Chine et le Kyrgyzstan, les touristes remettent leurs appareils aux douaniers chinois et fournissent leurs codes (PIN ou mot de passe) pour permettre aux agents de les déverrouiller. Une fois le portable confisqué, ces garde-frontières inspectent minutieusement les téléphones grâce à l’application de surveillance. Pendant une bonne heure, ils recherchent de nombreuses données associés à des concepts sensibles comme l’islamisme radical ou à des évènements et personnages comme Ramadan ou le Dalai Lama. L’application permet de ratisser aussi un tas de données personnelles telles que les appels téléphoniques, les textos, les noms d’utilisateur. Tous les renseignements sont ensuite transférés vers un serveur dédié, dont ne sait encore rien.

Les autorités chinoises ont refusé de répondre aux demandes de clarification sur cette affaire.

Pékin veuille au grain

Cette pratique aurait particulièrement lieu à la frontière entre la Chine et le Kyrgyzstan. Elle vise à surveiller cette région séparatiste peuplée par les ouïghours, une minorité musulmane turcophone. Pékin voudrait à tout prix empêcher quiconque de compromettre sa position dans le Xinjiang. Les autorités y ont installé tout un réseau de caméras de surveillance et ouvert des camps de « rééducation » pour forcer les Ouigours à abandonner leurs coutumes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.