Logo Amazon et Microsoft

Le Ministère de la Défense américain a annoncé que seules Amazon et Microsoft restent en lice pour l’attribution du contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), le futur cloud nouvelle génération du Pentagone dopé à l’intelligence artificielle. Exit donc IBM et Oracle deux autres géants qui étaient sur le coup. Le Pentagone a jugé qu’ils ne pouvaient pas se conformer à ses exigences très élevées, notamment d’un point de vue technique.

« Amazon et Microsoft ont rempli les conditions minimales requises »

Le Ministre de la Défense américain a donné le nom des finalistes pour l’attribution du juteux contrat JEDI concernant la mise en place du futur cloud militaire US. « Je peux confirmer qu’AWS [Amazon Web Services] et Microsoft sont les entreprises qui ont rempli les conditions minimales requises » de l’appel d’offres, a indiqué Elissa Smith, porte-parole du Pentagone. IBM et Oracle sont donc éliminées pour laisser place à un duel sans merci car il y a un jackpot sur la ligne d’arrivée. Le contrat avec l’armée américaine s’élevant à 10 milliards de dollars sur une période de 10 ans. Le Ministère de la Défense américain a fait savoir qu’Amazon et Microsoft étaient les deux entreprises sur les 4 en lice à pouvoir réellement se conformer aux exigences très élevées du Pentagone, notamment d’un point de vue technique.

L’attribution finale repoussée à l’été 2019

Initialement prévue ce printemps, l’attribution du contrat a finalement été repoussée à l’été 2019, probablement à la mi-juillet.  Le Pentagone évoque, comme raisons de ce report, la taille et la complexité du marché ainsi que les litiges potentiels et l’enquête en cours. En effet, Oracle, l’un des candidats éliminés, a accusé Deap Ubhi, un haut technicien du ministère de la Défense d’avoir avantagé Amazon en rédigeant des critères d’attribution du contrat en sa faveur. Deap Ubhi espérait alors décrocher un partenariat avec Amazon pour la mise en place de l’application de réservation de sa chaîne de restaurants Tablehero. Une enquête a été aussitôt diligentée et elle a démontré une implication du technicien dans le dossier, mais avec un impact très limité. Deap Ubhi a ensuite démissionné du Ministère pour poser ses valises à…Amazon !

Les gros atouts de chaque entreprise

Personne ne pourra prédire qui sortira vainqueur de ce duel entre Amazon et Microsoft. Chacune des entreprises ayant des atouts capables de convaincre le Pentagone.

AWS mettra en avant une division cloud qui pourrait générer plus de 350 milliards de dollars d’ici à 2022, soit plus de 40 % de sa capitalisation boursière en fin novembre 2018 (820 milliards de dollars). Le géant du commerce en ligne pourra aussi se vanter de posséder la moitié (51,8 %) du marché mondial du cloud, largement devant son rival sur JEDI, Microsoft 13,3 %.

Toutefois Microsoft jouera certainement sur ses précédents contrats avec le Ministère de la Défense américain. En effet, il a déjà obtenu des certificats nécessaires auprès des agences de sécurité gouvernementales. Au début de cette année par exemple, la multinationale informatique a remporté un contrat de près de 1,76 milliard de dollars auprès du département de la Défense américain pour la fourniture de services d’entreprises d’ici à 2024.

Le Pentagone pourrait donc miser sur la confiance et la continuité, ce qui n’arrangera pas Amazon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.