Vendredi, peu avant la mi-journée, le survol de l’aéroport de Dubaï par un drone a perturbé le trafic aérien pendant près de 30 minutes. Les avions s’étant vus cloués au sol pour plus de sécurité.

Alerte à l’aéroport de Dubaï

Ce vendredi 15 février 2019, le trafic aérien à l’aéroport de Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, a été perturbé pendant 30 minutes environ. La faute à un drone non autorisé qui a survolé cet espace ultra sécurisé.

L’aéroport de Dubaï a été obligé de clouer tous ses appareils au sol ce vendredi, entre 10h13 et 10h45, suite au survol de son espace par un drone non autorisé, signale le New York Times qui cite un tweet du Dubaï Media Office. La direction du complexe aéroportuaire écrit : « L’aéroport de Dubaï confirme que les opérations à l’aéroport international de Dubaï sont revenues à la normale après environ 30 minutes de retard en raison d’activités de drones non autorisées. ».

La prudence observée par l’aéroport de Dubaï est amplement justifiée puisque les règles de sécurité dans les aéroports internationaux sont très strictes. Elles préconisent qu’il faut clouer au sol tous les appareils dès qu’un objet volant non identifié (OVNI) ou non autorisé franchit l’espace aérien d’un site aéroportuaire. D’ailleurs, il est « interdit de faire opérer un drone à proximité d’un aéroport ». La réglementation veut aussi que les drones volent à « au moins 5 kilomètres des clôtures extérieures de l’aéroport ». Cette précaution est raisonnable d’autant plus que mêmes les oiseaux ont déjà causé des dégâts aux avions. Imaginons donc que ce soit un drone, un objet télécommandé par un individu. Si cet individu est malveillant ou animé de projets terroristes, imaginez la suite.

Mais le problème avec l’aéroport International de Dubaï, comme plusieurs autres par le monde, réside dans le fait qu’il est situé en plein ville. Ainsi, ce genre d’incidents pourrait survenir fréquemment. D’où la nécessité de faire respecter, scrupuleusement, l’interdiction pour les drones de voler à moins de 5 kilomètres des sites.

Un incident courant

Il faut souligner que Dubaï Airports n’est pas le seul aéroport à voir ses activités perturbées par le survol d’un drone. Cet incident s’est déjà produit en Angleterre, notamment à l’aéroport de Gatwick. Le trafic avait été paralysé pendant 36 heures et 760 vols ont été annulés ou leurs horaires décalées.

En France, l’intrusion d’un avion dans un espace sensible comme un aéroport est passible d’un an de prison et 75 000 euros d’amende. Les abonnés aux espiègleries et à la provocation sont donc prévenus. S’ils veulent vérifier cette loi, qu’ils passent outre la recommandation de survol à au 5 kilomètres…

 

Posted in Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.