Le groupe d’étudiants de Master à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), photo crédit EPFL.

 

Des étudiants de l’EPFL, en Suisse, ont développé SmartBra, le premier soutien-gorge intelligent servant à dépister le cancer du sein. Ce textile connecté, réalisé en collaboration avec la start-up IcosaMed, utilise un système d’ultrasons au lieu de recourir aux rayons X privilégiés par la mammographie.

« Une méthode de monitoring fréquente, non invasive et indolore »

Des textiles connectés, il en existe aujourd’hui de plus en plus. Mais, un qui serve à l’oncologie, il n’y en avait presque pas. Jusqu’à ce qu’un groupe d’étudiants de Master à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse, s’associe avec une start-up, IcosaMed, pour mettre au point un soutien-gorge doté d’un dispositif de dépistage du cancer du sein. Baptisé SmartBra, ce textile connecté vise précisément à « prévenir et détecter les cancers à leurs stades les plus précoces, via une méthode de monitoring fréquente, non invasive et indolore », explique Hugo Vuillet, un étudiant de l’équipe, dans un communiqué de l’EPFL.

À l’inverse des solutions existantes qui utilisent des radiations (technique très invasive et douloureuse), la technologie développée par IcosaMed et les étudiants de l’EPFL repose sur des ondes ultrasonores pour effectuer des échographies et détecter d’éventuelles masses cancéreuses. Les ultrasons sont générés à l’aide de capteurs basés sur le piézoélectrique, une énergie renouvelable qui produit de l’électricité. Aussi, les chercheurs ont remplacé le gel habituellement utile aux échographies par une interface plastique contenant les émetteurs ultrasoniques.

La détection puis la prévention

Selon les étudiants suisses, le système peut détecter une masse potentiellement cancéreuse et prévenir directement la porteuse. En cas de détection de masse anormale, il sera alors proposé à la patiente concernée de se rendre chez un spécialiste pour établir un diagnostic. « En plus d’être un outil de détection, la solution que nous proposons entend, à terme, agir préventivement sur le développement de masses cancéreuses grâce à la distribution contrôlée de manière quasi continue de faibles doses d’ultrasons pour restaurer l’apoptose.», précise Hugo Vuillet.

Une technologie prometteuse pour les autres types de cancer

La commercialisation de ce produit pourrait intervenir dès 2021. Le SmartBra s’adressera d’abord aux femmes ayant déjà un cancer, afin de garantir un suivi quotidien de l’évolution de la maladie. Ensuite, le produit pourra servir aux femmes ayant un patrimoine génétique considéré à risque. À terme, le but est de le proposer à toutes les femmes.

Si tout se passe comme prévu, ces soutiens-gorge intelligents devraient donner naissance dans les années à venir à une série de smart sous-vêtements (par exemple des culottes ou des bodys) qui aideraient à détecter précocement différents types de cancers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.