Le catamaran est de retour au port de Saint-Malo pour plusieurs mois. Ce navire bourré de nouvelles technologies vient de rentrer d’une longue expédition en Méditerranée à la recherche des traces du dérèglement climatique. A ses côtés dans les bassins malouins, les futurs coureurs de la Route du Rhum.

Ce navire, l’Energy Observer, a été conçu pour l’autonomie énergétique et la neutralité carbone. Il pèse trente tonnes et ne produit aucun gaz à effet de serre. Il porte trois types de panneaux photovoltaïques répartis sur 130 m2 de surface, deux éoliennes à axe vertical, une aile de traction intelligente, et deux moteurs électriques réversibles. De quoi alimenter le bateau en hydrogène mais aussi de le conserver à son bord. Le jour le bateau emploi directement sa production, la nuit il fonctionne grâce à des piles à hydrogène auto alimentées.

D’après Victorien Erussard, capitaine du projet Energy Observer : « Nous sommes revenus pour la Route du Rhum qui est une course mythique que j’apprécie particulièrement. La course au large est un univers que j’ai un peu mis de côté mais qui est toujours dans ma tête ».

Le navire en arrive à cette escale française après avoir parcouru 10 000 miles marins autour de la France et en Méditerranée. « C’est déjà la moitié d’un tour du monde. Il ne rejette pas de CO2, ni de particule, mais en plus il n’émet pas de son et donc ne gêne pas la faune sous-marine. Il est un véritable ambassadeur », déclare Victorien Erussard, apparemment ravi des performances du catamaran.

Le capitaine a aussi parler avenir en arrivant au port précisant que « Avant de repartir vers le Nord, le bateau va connaître un gros chantier pour s’équiper. Nous allons travailler sur une technologie sensée nous aider pour naviguer dans ces eaux. Cette technologie sera présentée au Salon nautique de Paris en décembre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.